La scottish à Pécoil

Cette scottish est jouée à l’accordéon chromatique par Marcel Théliot, enregistré au début des années 1980 à Boutaresse dans le canton d’Ardes-sur-Couze.

Ce morceau était joué par Antonin Pécoil, violoneux de Rentières.

Antonin Pécoil

Marcel Théliot l’a donc adapté à son instrument, à commencer par l’ajout d’un accompagnement rythmique et harmonique de la mélodie. Et les libertés qu’il prend lui permettent d’avoir un « chaloupé » particulièrement propice à la danse. Sur la partition, nous avons noté la mélodie et l’accompagnement, mais afin de ne pas la surcharger, nous avons fait des choix pour noter l’accompagnement afin d’en suggérer l’esprit. Mais Marcel Théliot varie beaucoup les basses de son morceaux

cliquez pour agrandir la partition


Les appuis de la mélodie et ceux de l’accompagnement ne tombent pas toujours aux mêmes endroits (notés ^) et semblent se répondre, ce qui rajoute à l’effet dansant. En outre, cet accompagnement fait intervenir des temps forts (basses) et des temps faibles (accords). Or, les temps forts ne sont pas réguliers, et semblent tomber à des moments propices de la mélodie. L’effet rendu est en quelque sorte un suspense, une surprise à chaque temps fort de l’accompagnement, et un effet de suspension de la mélodie dans les airs entre chaque intervention des basses.

Mais comme si tout cela ne suffisait pas, Marcel Théliot rajoute à chaque mesure de la fin des phrases un temps en plus passant d’une mesure à deux temps à une mesure à trois temps. Compte tenu de la manière dont on danse la scottish des Combrailles à l’Artense en passant par le Cézallier (c’est-à-dire pas nécessairement suivant les phrases musicales), cela ne pose aucun problème.

Marcel Théliot

On voit (et on entend!) donc que le musicien est bien décidé à surprendre l’auditeur et le danseur, à ne jamais les laisser se reposer sur leur lauriers, à faire vivre et respirer son morceau dans un souffle toujours renouvelé.

Eric Desgrugillers

Pour aller plus loin :

  • vous pouvez vous procurer un CD concernant Antonin Pécoil ici
Pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. Merci pour ce partage Eric et l’Amta, c’est toujours bien de connaître l’histoire des morceaux qui tournent en boucle aux boeufs d’ici et d’ailleurs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *