Méfions-nous des apparences

Méfions-nous des apparences

 

Mon pauvre vieux avec ta jambe de bois
Rien ne présume que ce soit toi
A moins que le soleil
ait glissé dans un recoin du ciel
Pour t’épargner cette peine de ne point en être le père.

 

L’enfant dira plus tard :
– Pourquoi ce capitaine avait une moustache
et moi, pas la moindre trace ?
Lui, des bottes noires, et moi immaculées
Alors que tous les deux, nous portions des lacets.

 

 

 

 

 

Dieu est encore trop petit pour peser sur le monde
André Ricros

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *