« Le Bal des Loups » dans le Puy-de-Dôme cet automne

En scène les 28 et 29 Octobre, « Le Bal des Loups » est un spectacle écrit et interprété à quatre mains par un conteur (Patric Rochedy) et une violoniste bien connue de nos services (Virginie Basset). A travers l’univers des Loups dans le conte et l’imaginaire collectif, ces deux artistes nouent écriture et oralité, mots et musiques, pour plonger dans les entrailles de notre patrimoine culturel immatériel : là où s’expriment nos peurs, nos parts d’ombres, mais aussi notre fascination pour le monde animal et nos capacités, comme le loup en meute, à « faire ensemble »… Nous n’avons pas résisté à questionner les deux protagonistes sur l’itinéraire qui les a mené à la création du spectacle et à sa forme aboutie.

  26609672484_cc9ef3f1f2_k
Comment votre rencontre a-t-elle eue lieu ? Qu’est-ce qui, chez chacun d’entre vous, a motivé l’envie de travailler ensemble ?

PR : J’avais entendu Virginie jouer du violon lors d’un concert il y a plusieurs années, j’avais été touché par son art de violoniste et sa présence sur scène. Je m’étais dit que si un jour je devais conter avec quelqu’un j’aimerais bien que ce soir avec cette personne.

VB : Lorsque Patric est venu me proposer de travailler ensemble il avait déjà en tête le nom du spectacle « Le Bal des Loups » : ce titre m’a séduite, car il contenait l’idée d’une rencontre musicale avec les loups. Ensuite, au delà du fait que j’aime beaucoup écouter Patric, une relation logique entre le violon et le loup s’est rapidement imposée, comme une évidence. Peut-être quelque chose de l’ordre du caractère en commun entre cet instrument et cet animal, à la fois sauvage, diabolique ou légendaire…

Le thème du loup semble un sujet récurrent dans le répertoire du conteur occidental. Pourquoi avoir choisi de réinvestir cette thématique ?

27147668261_d4ac83bd13_kPR : Le thème du « grand méchant loup » est peut être récurrent auprès du jeune public mais nous ne sommes pas sur ce positionnement : il n’y a finalement pas beaucoup de conteurs ayant travaillé sur le loup dans le conte tout public.

C’est un animal qui me fascine au niveau familial : « le meneur de loups » est une histoire de mon village, c’est le point de départ, une histoire de transmission !

Cela m’a donné envie d’approfondir bien avant que le loup ne réapparaisse en France, et je mène parallèlement tout un travail d’enquête sur le loup, sa présence, la perception qu’en ont les bergers à l’heure actuelle…

 

Comment avez-vous travaillé pour arriver à la forme finale du spectacle ?

26609654194_d5267a1eab_kPR : Avec persévérance ! Même si on commence à être rodés on continue à avancer, c’est cette envie d’une parole commune qui me guide, parole en permanence en train de croître et d’embellir !

VB : Pendant le travail de création du spectacle en 2011/2012 il y a eu un temps de stabilisation : quelles étaient les histoires qu’on gardait ensemble, quelle était leur cohérence et leur équilibre, quelles facettes de l’animal et du rapport au monde permettaient-elles de développer, comment résonnaient-elles en complémentarité les unes avec les autres… Les contes que Patric a choisi sont d’ailleurs tous traditionnels, c’est essentiel dans cette idée de transmission, du temps qui passe et leur donne de la consistance. Ils sont encore aujourd’hui en évolution !

 

 

Quelles places avez-vous souhaité accorder à la musique et la parole, quels choix vous ont guidés dans ce travail ?

PR : La place c’est celle que la cohérence induit, on n’a pas envie que l’un ou l’autre soit dominateur mais que ce soit un flux commun au sein d’une double parole.

VB : Ce sont deux manières de raconter qui passent par deux supports différents : l’un les mots et l’autre la musique pour deux paroles complémentaires qui fabriquent ensemble un univers sonore.

Nous avons cherché à l’intérieur de chacun des récits une place juste pour la musique et les mots : que vient dire la26611214143_363ecaee76_k musique que ne disent pas les mots ? Selon les cas le violon raconte des états intérieurs ou des émotions des personnages, parfois des éléments naturels ou de paysage… Il y a aussi la présence d’un grand tambour sur cadre dont les sonorités nous ramènent plus ou moins consciemment vers des battements de coeur. La musique permet d’être touché par un biais différent de celui de la compréhension rationnelle.

 

A qui s’adresse Le Bal des Loups ?

PR : Aux loups, et à tous les humains à qui le loup pose question… voire problème. « Le Bal des Loups » est peut-être une porte permettant la rencontre entre les positionnements parfois extrémistes « pour » ou « contre » le retour et la présence du loup.

VB : Souvent quand on pense conte et loup on se dit que c’est pour les enfants…  « Le Bal des Loups » est un spectacle pour tout public à partir de 11 ans. Le conte est au départ destiné aux adultes, ce n’est que récemment qu’il a été catalogué vers le jeune public… il semble urgent de lui redonner sa place ! Sur le fond, les contes du « Bal des Loups » permettent peut-être de renouer avec la part de nature sauvage en chacun de nous, nos racines et notre animalité, de réfléchir à notre place dans le monde…

 

Bientôt un disque ?

Nous avons enregistré en public l’intégralité du spectacle, les éditions « Le Jardin des Mots » devraient sortir un livre CD en 2017.

A suivre…

Retrouvez « LE BAL DES LOUPS » dans le cadre des Veillées de Pays et du festival des Automnales :
Vendredi 28 Octobre à Bussières-et-pruns (63)
Samedi 29 Octobre à Randan (63)

Pour en savoir plus :

http://www.voyageurs-dans-l-ame.com

http://virginiebasset.com

Les Veillées de Pays : http://www.espigaou-egare.com/spip.php?rubrique8

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *