Des nouvelles de la Cie Léon Larchet….

Sandrine LAGREULET : Cabrette

Jac LAVERGNE : Accordéon diatonique

Compagnie Léon Larchet

Le mythique couple “accordéon / cabrette” est ici à l’œuvre tout à la fois dans la permanence et dans l’innovation. Tous les titres sont des compositions de Jac qui élaborent un très bel univers.

Pour en savoir plus, nous lui avons posé quelques questions


Quelle est la genèse du projet ?

Tous mes projets sont façonnés à partir de rencontres. Il se trouve que j’ai rencontré Sandrine Lagreulet il y a deux ans, j’ai écouté comment elle jouait de la cabrette et, très vite, nous avons décidé de jouer ensemble. A mes yeux, elle est l’une des rares musiciennes à pouvoir tenir un projet sur un nouveau son de cabrette.

Autant sur les cornemuses du centre ça parait assez fréquent et plus facile aussi,  autant sur la cabrette les musiciens sont souvent emprisonnés dans un style parisien de la fin du 19ème siècle. Sandrine n’a  qu’un pied dans la musique traditionnelle d’Auvergne ce qui lui permet de garder intacte sa capacité d’ouverture.

Es-tu né dans « le monde de la cabrette »?

A Mauriac, dans le Cantal, quand j’étais petit il y avait parfois des cabrettes dans les bals, je ne parle pas de bals trad tel qu’on les connait aujourd’hui, mais de bals dans des parquets et aussi dans une salle en ville où Claude Thivet jouait de la cabrette sur des morceaux, qui,  dans mes souvenirs étaient plus “rock & roll” que folklore…et puis il y avait les groupes folkloriques. Dans tout ça je n’ai jamais entendu de bons joueurs de cabrette avant de rencontrer des musiciens comme Dominique Paris, André Ricros, Didier Pauvert, Yves Cassan.

Par contre, j’avais le timbre en tête, j’en ai joué un peu vers les 19/20 ans car un ami m’en avait prêté une. J’ai donc côtoyé cet instrument en permanence.

Je pense qu’il faut du temps et de la maturité pour savoir ce que l’on va faire de tout ce que l’on a rencontré.

J’ai 50 ans, j’ai 48 ans de musique et presque 30 ans de musique en professionnel, aujourd’hui je commence à savoir où est mon essentiel.

La cabrette pour quelqu’un qui s’intéresse à la musique d’Auvergne est un élément central qui a un style fort.

Justement, comment traiter «cette forte personnalité » ?

Durant de nombreuses années j’ai fait un travail autour de la polyvalence du violon et de l’accordéon, là avec la cabrette, la notion de polyvalence est écartée, il y a donc beaucoup plus de contraintes. Par contre, c’est un instrument incroyable qui, en quelques secondes, installe une force qu’aucun autre instrument, aussi bien joué soit-il, ne peut insuffler.

C’est un instrument qui a un caractère phénoménal et qui, pour moi, s’est mis petit à petit à correspondre au caractère du pays. J’aime profondément l’Auvergne avec ses montagnes et son côté sauvage. En tant que compositeur, j’ai développé un vocabulaire supplémentaire pour cet instrument et pour cette musique qui parle de l’Auvergne d’aujourd’hui.

C’est une première réalisation dans cet univers de la cabrette sur la base du duo, mais nous répétons déjà à quatre avec Kali Chaouali et Ombeline Collin : cabrette, violon, accordéon, batterie ce qui donne une dimension plus ouverte et plus grand public.

Mais, d’ores et déjà, je pense que le son que nous avons fabriqué avec Sandrine peut toucher le grand public.

On connaît un peu moins Sandrine, peux-tu nous la présenter ?

Sandrine a participé assez jeune à un groupe folklorique en tant que danseuse et musicienne, puis elle a fait partie du groupe Dômad’airs.

Le travail que nous menons ensemble est très complexe, elle était prête à ça..

José Dubreuil

 

 

 

Pour acheter le disque : http://auvergnediffusion.fr

 

Jac Lavergne
Les Theix – 03170 St Angel
04 70 29 93 62  –  06 86 968 368

jaclav@leonlarchet.comhttp://leonlarchet.com

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire