3,1,2 le labyrinthe des origines

3_1_2_le_labyrinthe_des_origines-1-f7a5f-66dccUne danse traditionnelle en France qui se maintient constitue en soi une fascination et une interrogation pour un danseur professionnel, surtout si cette danse traditionnelle révèle sa capacité à tisser de relations humaines fortes autour d’elle.

La danse traditionnelle Nord africaine est un fait social, elle caractérise la cohérence du groupe, elle se donne à voir avec les valeurs qu’il souhaite mettre en avant. Vivante, identitaire, elle déjoue les invasions successives, les idéologies et cultures importées, en ne retenant que ce qui permet l’habillage conforme à la représentation du pouvoir dominant.

En Afrique subsaharienne, les danses traditionnelles sont des danses narratives, rituelles ou cultuelles. Chaque danse s’organise autour des éléments du conte, du mythe mettant éventuellement en scène personnages ou éléments de la nature. S’installant en Auvergne, Sidi Graoui s’interroge tout naturellement sur les danses traditionnelles de la région. Comment s’établir pour créer, diffuser, sensibiliser à la danse sur un territoire, sans se poser la question de l’autre, « l’indigène », et de son rapport à la danse ?

C’est une vraie question. Quelle est la place de la danse dans l’histoire du pays ? Comment les populations locales vivent leurs danses ? La première réponse fournie est généralement : “il n’y a pas de danse en Auvergne, il n’y a pas de danseurs en Auvergne”.

Cette réponse est insatisfaisante. Il suffit de fouiller un tant soit peu pour découvrir des danses traditionnelles bien vivantes en Auvergne. Elles sont le ciment de groupes sociaux organisés en réseaux autour de musiciens, de danseurs, de théoriciens, de lieux dédiés, de rendez-vous réguliers. Bref, un véritable bouillonnement social et culturel, un monde fascinant pour un danseur professionnel contemporain qui s’interroge sur ses pratiques, leurs effets sociaux et leurs modes de médiation, se révèlent.

L’exploration de ce monde, dont la porte d’entrée fût l’Agence des musiques traditionnelles d’Auvergne, amène Sidi Graoui à la rencontre décisive avec les frères Champion, animateurs des Brayauds – Centre départemental des musique et danses traditionnelles de Saint-Bonnet-près-Riom. Ils lui font découvrir la Bourrée, danse emblématique d’Auvergne.

Chorégraphe : Sidi Graoui
Interprétation : Sidi Graoui, Didier Champion, Eric Champion, Isabelle Franques
Musique : Trio Bardane
Lumières : Création : Stéphane Bazoge – Reprise : Dominique Rollot

adresse de correspondance : air food company
1, Place Delille – 63 000 Clermont-Ferrand
airfoodcompany@orange.fr
Sidi GRAOUI, chorégraphe – tel. cel. : +33 (0)6 80 03 81 70
Aurélie PICARD, chargée de production – tel. cel. : +33 (0)6 18 95 70 11

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire