Que la joie demeure

1 J’ai eu un beau vélo. Mais il était trop haut. J’ai dû attendre un an. Un an en attendant. J’ai dû attendre longtemps pour l’enjamber enfant. 2 Il était rouge et bleu. La couleur de mes yeux. Il avait une sonnette faisant peur à minette Il avait même des… Lire la suite

Les conscrits de Brassac-les-Mines (suite…)

Photographie du 3 juillet 1924, de J. Bonnefoy   …Tout en passant d’un visage à l’autre, tous ces visages me devenaient de plus en plus familiers, je me sens tout particulièrement attirée par celui de la jeune fille au troisième rang à gauche, en partant du bas. Cette jeune fille… Lire la suite

Les conscrits de Brassac-les-Mines

Photographie du 3 juillet 1924, de J. Bonnefoy   A la première rencontre avec cette photographie de Brassac-les-Mines du 3 juillet 1924, je suis restée là, dévisageant, zieutant tour à tour chaque personnage d’un œil lointain, étranger. Toutefois, en m’y attardant un peu, mon regard devenant de plus en plus… Lire la suite

La Mer

Elles ont beau être quatre allongées dans l’herbe rase et coupante de toute plante battue par le vent du large, rien ne bouge. Cette journée de printemps encore froide est belle et le photographe fixe cet enchevêtrement de corps féminins enroulés dans leurs manteaux. Non, ce n’est pas lui avec… Lire la suite

L’enfant à la bouteille

Je suis dans un univers de femmes où les hommes présents sont piètres, l’un derrière ce front féminin, inconsistant ou l’autre avachi sur une chaise longue, trop sûr de lui pour avoir quelque tenue qui ne soit, si ce n’est flasque, ramolo et quasi décati : une misère d’homme. Moi,… Lire la suite

‘Magine

« – ‘magine, un mètre de neige dons la journée. Il y a longtemps qu’on n’a pas vu pareille descente d’édredon. – Pour monter veiller chez Mimi ce soir, faudra prendre la perceuse! – Oui, avec Léon, on n’aura pas de problème, il passera devant et on n’aura qu’à suivre… Lire la suite

La pièce

La vigne lui donnait l’illusion d’être fixée à une tâche infinie qui de rangée en rangée l’emprisonnait et la conduisait au fond de ses ressources. Seule la nuit mettait un terme à cette folle perspective et reconduisait ses pas vers la seule lumière qui puisse lui redonner un peu d’espoir :… Lire la suite

Urgence

Ce matin je suis parti, attiré davantage par la rivière que par la pêche elle-même. M’asseoir au bord de l’eau m’était devenu nécessaire, presque urgent, et il me fallait tout mettre en œuvre pour y aller le plus vite possible. Sur place, le temps de s’équiper crée toujours en moi… Lire la suite

Finette

Après avoir passé le temps du repas sous la table, je bougeais comme chaque jour dès que la main de mon maître m’apparaissait, tenant au bout de ses doigts la croûte de fromage qu’il m’offrait le soir en récompense de la journée passée à le suivre d’un bout à l’autre… Lire la suite

Toutoune

Tous les soirs et tous les matins avant de partir à son travail et avant de se coucher, il libérait dans sa cuisine un espace de circulation « bourrétique » pour y tracer ses dernières trouvailles chorégraphiques. Des créations sans fin assujetties à un seul genre : la bourrée à… Lire la suite