Mon cher Eugène

Mon cher Eugène, il eut mieux fallu ne pas le faire ou que tu te sois cassé une jambe au lieu d’avoir fait un choix pareil. Justement, je n’avais pas le choix. Bien sûr que si puisque tu le savais. Tu as pris le risque donc cesses de pleurnicher sur… Lire la suite

Méfions-nous des apparences

  Mon pauvre vieux avec ta jambe de bois Rien ne présume que ce soit toi A moins que le soleil ait glissé dans un recoin du ciel Pour t’épargner cette peine de ne point en être le père.   L’enfant dira plus tard : – Pourquoi ce capitaine avait une… Lire la suite

Il est trop tard

C’est l’histoire d’une femme qui, tous les dimanches, allait à l’église pour voir celui qu’elle ne pourrait jamais posséder, le fils des fils, l’homme intouchable, la beauté dont elle rêvait. Il était là, dans l’ombre du déambulatoire, cloué sur une croix de chêne avec cette expression tragique et ineffaçable qui… Lire la suite

Jeannette Remise

L’Aubrac était là, intact avec sa pluie de rochers disposés sur l’herbe par une main d’artiste dont certains furent mis en mur et d’autres en d’insolites amoncellement où l’œil des Hommes a dû s’y arrêter pour d’étranges prières. L’Aubrac est toujours là dans ma mémoire, mémoire de celui qui a… Lire la suite

Deux frères

Ce sont deux frères de leur pays sont Ce sont deux frères. Le haut de leurs calebasses est protégé de casquette et de béret. Leurs cols sont serrés de cravate et de veste attachée. Leurs poches pleines de mains cachées. Leurs visages traversés d’un sourire non forcé. Le bas de… Lire la suite

Je laboure…

Je laboure une terre d’outre connaissance où lui gratter le dos est un moyen efficace d’être au monde dans la lancinance de ces gestes de labour, s’appuyant les uns contre les autres pour que la terre change de couleur et donne à celui qui marche derrière la charrue une notion presque… Lire la suite

Un homme à la mer

Le 4 septembre 1938, Albert quitte Aurillac avec sa jeune épouse pour aller voir la mer. Ils ne furent pas installés qu’Albert voulu à tout prix en cette journée encore estivale plonger son corps tout entier dans cette eau tiède et calme de la Méditerranée. Ne sachant pas nager, il… Lire la suite

Qui a fait la photo ?

De prime abord, à la vue de cette image, l’on peut imaginer que l’homme au chapeau venu voir ses parents à Mozac en cette année inoubliable de 1953 demande à son amie, ou peut-être à sa femme, de fixer cet instant où il peut montrer à quel point il est… Lire la suite

Barbat ou Buissière ?

Ecrire équivaut à revenir sur les lieux d’un crime. Mais, quel crime ? Par contre, j’aimerais savoir qui ai-je pu tuer pour ressentir une telle culpabilité. Ne pouvant pas élucider cette énigme, le simple fait d’être persuadé de mon implication et de ma responsabilité devrait suffire à m’en convaincre.  Pourtant là,… Lire la suite

Les derniers jours de Martin Cayla

(1889 – 1951) – Etant donné que beaucoup de choses furent dites et écrites sur le sujet, que ce soit par des tiers ou par Martin Cayla lui-même, je vais consacrer cette chronique à la fin de son histoire. Après avoir organisé son existence, à la suite de ses ambitions et de ses désirs, il peut enfin se retourner sur son parcours et constater le chemin parcouru. Lire la suite