Eric Desgrugillers

Depuis plusieurs années, Eric Desgrugillers s’est spécialisé dans les chants du Massif Central issus de la tradition, en français et en occitan.
Chanteur au sein des groupes Amalaïgo (trio vocal à danser et écouter), l’Armoire Bleue (les Brayauds CDMDT 63), Yadéba et Traces de Chanteurs (atelier de chant traditionnel initié par le SUC & l’AMTA ), il est également multi-instrumentiste.
Titulaire d’un Diplôme d’Etudes Musicales (CRR de Limoges), il enseigne la musique traditionnelle (chant, saxophone, banjo) au CDMDT 63 et à l’école de musique de Ceyrat, et anime un atelier de chant en occitan à l’IEO 63.
Il intervient également dans le secteur de la petite enfance (0 – 3 ans) au moyen d’animations musicales interactives (CDMDT 63), dans un travail autour du répertoire et du son.

Eric Desgrugillers

Eric Desgrugillers

Une maîtrise de Lettres Modernes en poche et la passion des musiques et danses traditionnelles chevillée au corps, Eric Desgrugillers, confirme progressivement et  sûrement  son choix professionnel pour l’ enseignement et la pratique de ces dernières. Il a pris son temps pour mûrir cette décision mais ensuite, c’est  avec détermination, qu’il a dessiné sa trajectoire.
Pourtant à son arrivée depuis la Picardie en 1984, nul ne pouvait soupçonner que son attachement à l’Auvergne serait tel qu’il consacrerait le plus clair de son temps à aiguiser sa curiosité pour comprendre et connaître ses habitants et leur culture. C’est justement cette musique des mots qu’il exécrait à son arrivée qui va lui faire accepter et plus encore aimer ce pays. Il va dévider la pelote à partir de son intérêt pour l’accent qui  va l’emmener à la langue -l’occitan- puis à la musique, la danse…

Le premier déclic….

Alors qu’il pratique une sorte de rock celtique, il entend Tradicouze : Patrice Rix à la vielle et Sandrine Lagreulet à la cabrette, entre autres. Décision étant prise de participer au groupe, il apprend consciencieusement tout leur répertoire à partir d’une cassette qu’il se passe en boucle….et va animer son premier bal où (presque) aucun des morceaux maîtrisés ne sera joué ! C’est ainsi qu’à la guitare il découvre le monde de la variation !…

Le deuxième déclic

En 2002-2003, alors qu’il travaille à Aurillac à l’ostal del libre et qu’il est régulièrement amené à écouter des collectages auxquels il ne comprend rigoureusement rien….il découvre Marie-Jeanne Besseyrot et là, c’est la révélation. Avec avidité il consacre beaucoup de temps à l’écoute de collectages : ceux de l’IEO, de la Talvera et de l’AMTA. Il se nourrit également du style de chanteurs comme Laurent Cavalié et surtout Pierre Boissière.

Le troisième déclic.

Didier Champion, en fin limier, lui propose de prendre en charge le fonds documentaire des Brayauds C.D.M.D.T 63. Beau terrain de jeu où, au quotidien, la quête s’intensifie, s’approfondit, où surgissent de nombreuses interrogations qui, inévitablement, amènent à des remises en question de sa pratique musicale au sein du groupe Dômad’airs. Fin de la période folk !

Au festival des Hautes-Terres

Au festival des Hautes-Terres

De la numérisation des fonds documentaires aux cours de musique et de chant en passant par l’éveil musical des tout petits, l’expérience professionnelle et les interrogations qui lui sont liées poussent Eric à entamer une formation. Ce sera le DEM ( Diplôme d’Etudes Musicales) musique traditionnelle, spécialité Chant, au Conservatoire à Rayonnement Régional de Limoges sous la responsabilité de Françoise Etay.

« Spécialité chant  » : une  première en Auvergne.

Eric Desgrugillers est multi-instrumentiste (guitare, banjo, saxophone, oud, clarinette, concertina et mandoline) mais son choix de la spécialité -le chant – en fait le premier et seul titulaire en Auvergne. Ainsi il confirme et conforte une tradition familiale car son père et ses trois frères ont toujours chanté et joué (harmonica) ensemble. L’un de ses oncles est chanteur d’opéra.
A la question portant sur le bilan qu’il fait de cette formation, Eric est très enthousiaste concernant tous les apports en culture musicale et ethno-sociologique. Il souligne cependant une carence à laquelle il a été confronté : dans l’institution il n’y a pas d’enseignant de chant traditionnel, en tout cas concernant le domaine de la Haute-Auvergne … C’est ainsi que sa formation « pratique » s’est déroulée avec deux personnes Dominique Desmons pour ce qui concerne la technique vocale et André Ricros dans une sorte de compagnonnage portant tout à la fois sur des réflexions générales sur l’objet, son contexte, le style…, des discussions sur la pédagogie et la pratique. Le soutien et le savoir de ce dernier vont définitivement le conforter dans ses choix.
Les rencontres avec Philippe Destrem ont elles aussi beaucoup alimenté sa réflexion et sa pratique notamment par un travail d’adaptation de musiques de cornemuse et de violon au saxophone.
En parallèle, comme une évidence, Eric multiplie les occasions de chant et  convainc ses camarades de jeu des différentes formations musicales de développer cette partie là lors des concerts et bals. Depuis la rentrée, les enseignements du Gamounet, chez les Brayauds C.D.M.D.T. 63 se sont enrichis d’un atelier hebdomadaire de chant répondant ainsi à une demande grandissante.
Alors que la tradition du chant était très riche en Auvergne chacun étant pourvu de cet instrument, cette pratique aujourd’hui n’est pas très vivante, peu de formations sont organisées autour d’un chanteur. Gageons et espérons que les temps de demain apporteront un regain d’intérêt pour la voix qui est l’instrument le plus sensible, celui qui touche le plus directement le public.

Pour en savoir plus :

yadeba.free.fr
www.myspace.com/larmoirebleue

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *