« Sur l’épaule de Ségurel » Ou comment raconter avec son corps ?

 

Romain Maurel dit Wilton à l’imagination féconde s’est inspiré de l’ouvrage d’André Ricros « Les Passeurs » pour créer le nouveau spectacle de Christian Frappa « Sur l’épaule de Ségurel *».

Christian Frappa est un danseur traditionnel issu d’une famille de danseurs de bourrées de Haute-Loire au sein de laquelle il a appris la danse dans le même temps que la marche !

Ces dernières années il a consacré beaucoup de temps à la création et propose plusieurs spectacles « 37°2 à l’ombre » avec François Breugnot, « De la tête aux pieds » avec  Hervé Capel, Anne-Lise Foy, François Breugnot et Sarah Sérec.

« Sur l’épaule de Ségurel » est une nouvelle étape où selon les auteurs « La danse est conçue comme une échappatoire, une libération du corps et de l’esprit, peut-être même une élévation, quelque chose de l’ordre de la transe, pour transcender une existence ingrate »

En 40’ sur une musique d’Hervé Capel (accordéon chromatique), Jacques Puech (cabrette) et Florian Costanzo (batterie), en danse et en théâtre gestuel, Christian Frappa traduit la vie de Gustave faite de solitude. Seule la musique de Ségurel qu’il écoute grâce à son lecteur de cassettes le libère de son enferment quitte à l’emmener sur les rivages de la folie.

Dans un espace confiné, Christian emmène le public placé en situation de collecteur de ce quotidien, dans l’intimité, voire dans l’intériorité de ce personnage. La danse n’est pas une démonstration, il ne s’agit pas là d’une succession de belles chorégraphies mais de son utilisation pour raconter une histoire.

« Je ne veux pas qu’on fasse seulement appel à moi car je suis un danseur de bourrée mais je veux faire la preuve qu’avec cette danse on peut tout raconter ».

Quelques paroles du quotidien s’échappent de temps à autre juste  pour prouver que notre personnage n’est pas muet…

Même si le sujet traité est construit sur une tension permanente, rassurez-vous quelques moments de légèreté viennent aider le spectateur à reprendre son souffle !

« Le solo de Sébastien Bertrand «  Sur le chemin de la belle étoile » m’a beaucoup touché et m’a donné l’envie de tenter ce type d’aventure. J’avais le texte d’André Ricros car il y a quelques années il avait eu le projet d’un spectacle de danse à partir de ce texte avec des danseurs de danse contemporaine et traditionnelle. Le projet a pris corps quand j’ai assisté au spectacle crée par Romain Maurel « Le jour où les poules eurent des dents ». J’ai trouvé son écriture moderne et déjantée tout en étant sensible. Ca m’a beaucoup séduit et j’ai eu envie de travailler avec lui. Il a du talent. »

Pour découvrir ce spectacle rendez-vous à la fête de la vielle à Anost, dans le Morvan, le 17 août à 16H et n’hésitez pas à faire part de vos avis aux auteurs car ils  sont toujours demandeurs.

L’équipe– ceux qui ne sont pas sur scène- :

Voix off : Romain Maurel

Prise de son-Mixage : François Breugnot-Romain Maurel

Costume : Claire Chomienne

Accessoire : Roger jouvet

Création Lumière : Nelly Perre

* Jean Ségurel est l’un des plus célèbres et populaires accordéonistes dont la renommée atteint son apogée depuis l’entre deux guerres jusqu’aux débuts des années 60 notamment avec la célèbre chanson « Bruyères Corréziennes » qui a fait le tour du monde.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *