Lucien DESTANNES. Facteur de cabrettes

Notre première rencontre à St Chartier fut assez surprenante et me mit dans une situation délicate. Alors que Lucien Destannes occupait son stand j’allais à sa rencontre pour lui demander si je pouvais voir le père Destannes, fabricant de cabrettes.

-Le père Destannes ? Je ne vois pas….Le seul que je connaisse qui fasse des cabrettes, c’est moi.

J’avais imaginé un homme d’un certain âge, voire d’un âge certain, alors que devant moi, rayonnait un individu qui me paru extrêmement jeune.

En écrivant le mot « jeune » je me demande si ce ne fut pas la première de ses caractéristiques. Il fit partie de ces personnes qui dés l’âge mur donnent à voir un visage d’une jeunesse déconcertante où le temps ne semble pas laisser de trace, y compris après que la retraite lui ait signifié son passage.

Au-delà de cet aspect qui ne manqua pas de troubler tous ceux qui le rencontrèrent, saluons avant-tout ses talents de luthier et l’intelligence qu’il su mettre en œuvre pour améliorer ses productions afin de répondre aux demandes exprimées par ses clients musiciens.

Pour réaliser ses cabrettes que l’on reconnait tout d’abord d’un point de vue esthétique car sa patte est inscrite dans les formes de ses instruments, il me paraît important de faire état de ses recherches et de sa volonté de réaliser des hautbois de cabrettes ayant une gamme la plus tempérée possible. A ce sujet il su s’entourer des conseils précieux de Paul Barrier pour la musicalité et la justesse de ses instruments et de Robert Lavergne pour la qualité de l’anchage et la stabilité de ses productions.

Si la cabrette fut l’une de ses préoccupations, Lucien Destannes avait d’autres talents et entre autre des savoir-faire liés à la chaudronnerie. Par ailleurs, il fit des recherches sur d’autres cornemuses telle que la boudèguealors qu’à cette époque personne ne s’y était encore intéressé. Cette aventure fut conduite avec un de ses plus grands spécialistes : Charles Alexandre.

Destannes Père & Fils

Comme tous les facteurs d’instruments de musique Lucien Destannes su établir des allers-retours permanents avec les exigences de ses clients afin que ses cabrettes évoluent, s’adaptent à la demande et que les instrumentistes concernés puissent produire les musiques qu’ils rêvaient de réaliser.

A partir de son travail les cabrettaïres du Cantal, les écoles de musique de ce même département et par cercles concentriques l’ensemble du massif-central et les joueurs de cabrettes de la colonie des Auvergnats de Paris purent ainsi avoir accès à des instruments de qualité durant une période (celles de ses débuts) où il était mal aisé de se procurer des cabrettes fiables et adaptées à un diapason contemporain.

Aujourd’hui alors que Lucien Destannes  nous a quittés, nous saluons son travail, son exigence et la qualité de sa production.

Les instruments qu’il a réalisés ont depuis son décès le 5 août amorcé une forme d’immortalité que nous sommes respectueux de partager avec un pied de cabrette, qui entre les mains de ceux qui en possèdent un, prolonge ce lien qui a réuni tous ses passionnés et ce durant tant d’années.

Monsieur Destannes de tout cœur nous vous remercions.

André Ricros

Pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. félicitation pour cet article!

  2. Lemasson jean- pierre

    Depuis les années 60,j’ai deux pieds de Lucien Destannes ,un de 39 et un de 47,ils sont bien finis et ils jouent tres bien, merçi pour ce beau travail!!Mes autres pieds sont de Jean Berraud de Montbrison( de 37 à 50 )Ils me donnent entiere satisfaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *