Georges BREUIL

L’artiste au bandana !

Georges Breuil est un des professionnels du domaine des musiques traditionnelles de la région Auvergne. Intermittent du spectacle de 1990 à 2007, fatigué d’être sur les routes et de vivre au quotidien la vie de groupe et ses indispensables consensus, il recentre son activité principale autour de l’enseignement des musiques traditionnelles dans le département du Cantal. Pour autant, peut-être n’a-t-il jamais autant joué de sa vie ? Avec le trio BCD bien sûr et son duo avec Patrick Desaunay mais aussi tous les jeudis soirs au bar de l’artisanat à Aurillac où se déroulent les sessions irlandaises entrecoupées de bourrées auvergnates, tous les premiers vendredis du mois pour faire danser (ex R.V du Veinazes) et tous les derniers vendredis du mois avec les Violons du Mamou, groupe à géométrie variable d’élèves, anciens et actuels, âgés de 18 à 63 ans.

breuilChaleureux, curieux, sensible tels sont quelques uns des qualificatifs qui s’imposent au bout de quelques heures de discussion partagée pour faire plus ample connaissance au moment de la sortie de son nouvel album qui diffère radicalement des précédents car c’est une aventure strictement personnelle, une respiration essentielle. Georges y joue tout à la fois : du violon bien sûr, des guitares acoustique et électrique, du piano, de la mandole, du djembé, des percussions, de l’accordéon. C’est un disque électro réalisé à partir d’échantillonnages mais cela ne s’entend que lorsque son auteur a choisi de façon délibérée de les faire écouter.

Ouvrir la musique

Dans «  Ma traversée » album « électro-trad-progressif » l’artiste se met à nu, sort du cadre, interpelle, dérange en faisant la musique qui lui plaît, dans laquelle il se reconnaît et qui reflète les influences de son parcours musical. Pour cet album comme pour les précédents il revendique son attachement à l’aspect populaire des musiques traditionnelles. « Je n’ai fait aucune concession dans la création des arrangements ni dans la composition des morceaux.
J’ai voulu donner une vision sincère de moi-même et aller au bout de mes idées.
La musique traditionnelle y a une grande place mais les arrangements sont plutôt modernes et accessibles pour des oreilles de néophytes. ».
Onze morceaux composent l’album dont sept sont des morceaux trad ré-arrangés et quatre des compositions.

Ma Traversée

Comment vas-tu faire vivre ce disque ?

C’est mon sujet de réflexion actuel ! En fait, je n’ai pas encore choisi entre deux pistes possibles. Soit je monte une importante formation avec six musiciens, soit le spectacle se fait à deux : seul en scène avec mon violon et de nombreux instruments, assisté par des machines et un technicien son. J’ai une décision à prendre. Ce qui est sûr, c’est que je veux, sur scène, partager avec le public mon univers musical.

Penses-tu que les musiques traditionnelles d’Auvergne soient des musiques populaires ?

Au départ elles l’étaient… ce sont des musiques à la structure simple, spontanée. Ce sont des musiques du plaisir, de la danse. Il me semble qu’on les a prises pour support afin de raconter quelque chose de plus tourmenté. Elles sont beaucoup moins populaires et reflètent l’inquiétude d’un milieu culturel. C’est devenu une musique savante. Alors que les musiques trad sont des musiques « enlevées », le « folk », le « trad » en a fait quelque chose de très beau mais de triste. Certains spectacles me font peur, c’est à se flinguer !
Dans mon disque j’ai laissé parler les premiers sens, j’ai fait passer, me semble-t-il, le plaisir : plaisir de jouer, plaisir de danser.

  • Extrait “Polkas de l’Anglards et Chabris de Bagnols” :

Polkas de l’Anglards et Charris de Bagnols

  • Extrait “Polkas à Ythier et pas piqué:

Polka à Ythiers et pas piqué

ITINERAIRE….

  • Formation violon classique 10 ans avec un professeur du conservatoire de Paris.
  • 1979 : apprentissage de la guitare en autodidacte . Formation du groupe Impact. Découverte du Printemps de Bourges en 1984 ; enregistrement d’ un disque avec RTL2.
  • 93.94 : formation au jazz et à l’harmonie à l’ école Jazz de Tours
  • 95-98 : violoniste du groupe Les Paladins ( rock celtique ). Enregistrement d’ un CD « contre vents et marées » produit par les Disques Gaulois. Prestations : Café de la Danse, Paris ; première parties de Calvin Russell, Tri Yann, Zebda, For Men And The Dog, Les Naufragés. Ange.
  • 97 : Groupe Menestrel (rock celtique) CD en auto production. ( RODEZ -12)
  • 99 : Groupe Hedge Hogs (musique irlandaise ) CD en auto production . Première partie Celtas Cortos.
  • 2000 : formation du groupe Magna Charta ( traditionnel progressif ) Auteur Compositeur.
  • 2002 : formation du groupe Trio BCD (musique traditionnelle d’Auvergne ) avec Antoine Charpentier et Yannick Delclaux. Album « Musiques à danser » en auto production et distribué par l’AMTA ( 63 )
  • 2002 –2007 : formation du groupe Inisfree( musique irlandaise ) avec Eric Darmagnac et Jan Widger
  • 2008 : duo Georges Breuil -Patrick Desaunay : Musiques d’Auvergne et D’Irlande
  • 2009 Création d’ une session irlandaise à Aurillac

Pour commander «  Ma traversée » cliquez ici

Lien pour marque-pages : Permaliens.

3 Commentaires

  1. Bonjour georges,
    j’ai absolument besoin de te contacter mais ton email ne fonctionne pas. georges.breuil22@orange.fr.
    C’est assez urgent.
    Merci pour ta réponse et bisou à toute lafamille.

  2. Chouette la musique de ces deux extraits!
    Dominique

  3. “Alors que les musiques trad sont des musiques « enlevées », le « folk », le « trad » en a fait quelque chose de très beau mais de triste. Certains spectacles me font peur, c’est à se flinguer ! ”

    Je ne comprend pas cette phrase Georges … “Enlevée” par rapport à quoi ? Des spectacles à se flinguer ? Ah bon ? “Très beau mais triste ? Qu’est ce que le “beau”? Le “triste” ? Nous n’allons pas aux mêmes soirées … Bonne continuation néanmoins dans la gaieté et pour ce qui est de la beauté … ?

Laisser un commentaire