Dames aux Chapeaux

Dames aux chapeaux

Que veulent abriter ces dames magnifiques en arborant de si beaux chapeaux ?

Comme les documents iconographiques que nous examinons sont définitivement silencieux et que l’environnement sonore lié aux moments où ces clichés furent réalisés le sont également, il est clair qu’il ne reste rien à décrypter de tel, et qu’aucune mémoire ne peut rendre compte de leur contexte acoustique.

Étant défait de toute accroche pouvant donner du sens à ces images ou permettant d’identifier les individus fixés sur ce papier, ainsi que les raisons ayant prévalu au choix de cette séance photographique, je me propose de donner mon point de vue sur le pourquoi ces charmantes dames ont décidé de recouvrir le haut de leur silhouette de ses fameux et magnifiques chapeaux ayant ici un caractère pour le moins envahissant.

Avant de développer mes hypothèses je vous invite à y associer les vôtres et de les insérer à la suite des lignes qui vont suivre, et qui ne représentent qu’un angle de vision et d’analyse : le mien.

Dames aux chapeaux 1

Il me semble donc que ces élégantes, contraintes dans des tenues qui pour le moins les oppressaient d’une manière excessive à l’endroit de leur taille, ont assurément compensé  la séquestration du bas de leur anatomie par un relâchement absolu à un autre étage de leur personne, en se couvrant avec des coiffes débordantes, car de toute évidence ces chapeaux sont exubérants et de toute éternité, somptueux.

Il se peut que ces chapeaux aient également pour fonction d’abriter ces beaux visages d’un soleil ne devant pas atteindre, de peur de les assombrir, la pâleur transparente de leurs peaux fragiles.

A moins que ces mêmes objets de modistes soient au maximum de la surface ombrageuse que peuvent porter des femmes comme celles que l’on peut observer sur ces photographies, qui aujourd’hui ont assurément plus d’un siècle. Il se peut donc que ces chapeaux leur dessinaient alors un espace de protection où aucun homme ne pouvait les approcher sans mettre en péril cet équilibre délicat qui trônait sur le haut de leur crâne. Des chapeaux protecteurs, maintenant leurs propriétaires dans une bulle privée inaccessible, où cet espace intime laissait à ces mêmes femmes le choix de retirer cette forme d’ombrelle, signifiant aux personnes qui les dévoraient du regard la possibilité de s’approcher plus près d’elles.

Ces chapeaux, au-delà de donner une incontestable originalité à celles qui les portaient, leur permettaient de ne pas passer inaperçues et de remplir de nombreuses fonctions dont j’ai tenté de vous présenter quelques points au milieu d’une myriade d’autres hypothèses, que j’espère vous ne manquerez pas de me communiquer.

Dieu est vraiment trop petit pour agir sur le monde

                                               André Ricros.  

Pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. Bonjour,
    je ne me lancerai dans aucune hypothèse quant aux chapeaux.Les dames et messieurs chics ont toujours suivi les évolutions de la mode au cours des ages….. et surtout pour le jour de LA photo.
    Cependant, la deuxième photo m’intéresse davantage. Les trois personnes sont sur leur 31 pour la photo, bien-sur, mais chacun semble porter, en plus du costume, les attributs de sa profession …et là, je sèche : des éleveurs aisés , la taille du bâton pour guider les bœufs, et le “commis” avec eux ?

Laisser un commentaire