Sauvons les Rencontres de Luthiers et Maîtres Sonneurs !

La liquidation judiciaire du Comité George Sand, organisateur des Rencontres Internationales de Luthiers et Maîtres Sonneurs vient d’être prononcée. Cette décision du tribunal met donc fin à l’existence légale de l’association.

6245998-9333116

Initié en 1976 dans le cadre du centenaire de la mort de George Sand, le festival était devenu au fil des années le rendez-vous incontournable des luthiers et des amateurs de musiques et danses traditionnelles.
Le salon de lutherie, avec plus d’une centaine de facteurs d’instruments venus de toute l’Europe, constituait une vitrine originale et diversifiée de la facture instrumentale traditionnelle, ce qui a permis un véritable mouvement de revitalisation d’instruments tels que la vielle à roue et la cornemuse : l’installation et la professionnalisation de nombreux luthiers, la création d’une section lutherie au lycée George Sand de La Châtre tendent à le prouver.
Bien des jeunes talents ont pris goût et sont nés à Saint-Chartier, générant de nombreux groupes ici et ailleurs, contribuant ainsi à la diffusion de cette musique.
Le Comité George Sand, organisateur des Rencontres Internationales de Luthiers et Maîtres Sonneurs, a cessé ses activités le 6 janvier 2014 suite à la liquidation judiciaire prononcée par le Tribunal de Grande Instance de Châteauroux.
Un ensemble de facteurs comme l’augmentation de l’offre musicale trad’ et les contraintes techniques liées à l’organisation d’une telle manifestation, entre autres, ont conduit à des difficultés financières chroniques qui ont généré, fin 2013, un déficit accumulé de 120 000 €. En effet, depuis l’année 2000, le festival connaît des baisses régulières de recettes et de fréquentation, à quelques exceptions près. Malgré des tentatives pour inverser la tendance (nouveau modèle économique, changements de prestataires, réflexions sur la tarification, réduction du budget, rencontres avec les élus et les financeurs), le Comité George Sand n’a pu redresser la barre. L’association n’a donc plus d’existence légale.

  • Le vendredi 24 janvier, le Comité George Sand réunira pour la dernière fois ses adhérents et bénévoles ainsi que les luthiers afin de clôturer ses activités.
  • Le samedi 25 janvier à 14h à la chapelle de l’ancien hôpital de La Châtre, rue Jean Pacton,Michèle Fromenteau et Maurice Bourg, les co-fondateurs du festival, invitent toutes les personnes souhaitant s’investir pour la pérennité de cette manifestation.

Si les Rencontres de Luthiers signifient encore quelque chose pour vous, qui que vous soyez, luthiers, festivaliers, musiciens, danseurs, nous lançons cet appel à la mobilisation générale pour la sauvegarde du Festival.
Certains d’entre vous ont déjà manifesté leur soutien et leur désir de voir perdurer ce rendez-vous exceptionnel. Il faut que très rapidement nous soyons TOUS unis avec nos compétences et nos énergies respectives pour qu’une édition ait lieu cette année.
C’est dans cette optique que nous vous invitons à participer à une réunion qui se déroulera le samedi 25 janvier à 14h, ancienne chapelle de l’Hôpital, rue Jean Pacton, à La Châtre. (stationnement : parking de l’ancien hôpital) La veille, le Comité George Sand aura réuni pour la dernière fois ses adhérents, les bénévoles et les luthiers afin de clôturer ensemble les activités de l’association.
Vous pouvez également vous manifester sur la page Facebook « Sauvons les Rencontres », ou à l’adresse suivante :sauvonslesrencontres@gmail.com
Les Rencontres 2014 seront participatives et solidaires ou elles ne seront plus.

Michèle Fromenteau et Maurice Bourg, cofondateurs des Rencontres Internationales de Luthiers et Maîtres Sonneurs

 

Pour marque-pages : Permaliens.

16 Commentaires

  1. Temps durs pour les festivals.Les banques sont pleines de fric,mais pour la culture,que les miettes. Les rencontres, auquelles j’ai participé il y a longtemps et qui m’ont donné beaucoup de courage en me faisant comprendre l’importance de notre mouvement,ne peuvent pas disparaitre.Il ya eu beaucoup de musiciens et de luthiers de la suisse italienne qui les ont vécues,vive les rencontres et vivent les maîtres luthiers et sonneurs!pietro bianchi http://www.locarnofolk.ch

  2. Il ne faut pas laisser ce rendez vous incontournable de la culture partir, mourir. Que va t-il rester de ce état d’esprit de la musique trad si les rencontres disparaissent? Que d’ années de bonheur réapparaissent. Mobilisons nos énergies et celles des jeunes.

  3. Bonsoir,

    Que faire ? Comment fédérer les énergies ? J’en serais bien sûr, j’étais là la première année. La page Facebook, bizarrement ne permet pas la publication de posts pour le moment.

  4. Pas seulement musical, mais ce festival représente pour beaucoup d’entres nous ,un des plus souvenirs et des choix de vie déterminant. Mon activité artistique a trouvée une place au sein de ces festivals, bien que n’étant pas musicien, la chanson opère pour tous et c’est avant tout une autre façon de communiquée entre humains qui ne doit pas disparaitre …

  5. Bonjour,
    Oui il faut que ces rencontres survivent !!!!
    C’est grâce à elles que j’ai rencontré le luthier qui a fait l’accordéon dont je joue chaque jour….et que nous avons fait le projet d’aller au Québec en 2015, toujours grâce aux rencontres…. et retrouvé des amis perdus de vue car nous avions changé de région… toujours des rencontres anciennes et nouvelles.
    La vie, quoi !
    Habitant Rouen, je ne pourrai être à la réunion samedi mais de tout coeur avec vous et peut-être possible pour la prochaine ou pour une aide délocalisée.
    Continuez de nous tenir au courant…
    Musicalement
    Sylvette

  6. Le festival de Saint Chartier c’est mes plus beaux souvenirs d’enfance et de jeunesse. Un sentiment de joie qui dure 4 jours entiers, avec de la musique dans les oreilles jours et nuits, 24/24: le matin dans le camping, l’apres midi dans le parc, le soir devant le chateau illumine, la nuit sur les parquets des bals. J’y ai vu Valentin Clastrier, Martyn Bennett, Mougar, Riccardo tesi… etc Pour moi les nombreuses fois ou j’y ai assiste, ca a ete un bonheur immense, une ambiance introuvable nul part ailleurs, un amour de la musique trad, bref mes plus beaux souvenirs. J’espere que l’on trouvera une solution et que les musiciens, luthiers et amoureux de cette musique pourront continuer a se rencontrer chaque annee et echanger leur passion.

  7. J’ai assisté à ces rencontres pendant plus de 20 années. J’y ai rencontré des centaines de musiciens très intéressants, et des luthiers extraordinaires. J’ai fait tout mon possible pour aider à devenir célèbres certains musiciens, dont Valentin Clastrier, que j’ai découvert comme tout le monde avec stupéfaction en 1982 à Saint-Chartier.
    Je considère que mon expérience à Saint-Chartier a été déterminante lorsque j’écrivais dans Télérama (1979-1994) et bien plus encore dans ma connaissance des musiques de France, et des instruments employés !
    La disparition des Rencontres des Maîtres Sonneurs serait historiquement un énorme gâchis de connaissances et de potentialités.
    Alain Swietlik

  8. Merci à tous ceux qui ont contribué à l’existence du festival. Pourquoi ne pas s’associer avec Gennetines ?

    • Gennetines est une forme de représentation des musiques traditionnelles tournée vers la danse. Les rencontres en sont une autre, avec une large part donnée à l’écoute en concert, à la création, et aux pratiques instrumentales. Personnellement, c’est ce que je souhaite défendre. Devant la déferlante (agréable bien sûr) des évènements autour des bals et de la danse, je pense que dans le cadre d’un rapprochement, cette couleur défendue par les Rencontres serait vite happée par le monde des danseurs.

  9. Ah oui, ce serait un beau gâchis que d’arrêter ce rendez-vous…que nous renouvelons tacitement à notre agenda chaque année depuis si longtemps
    ! Nous y avons tous gagné, à son existence : les musiciens, les luthiers, les festivaliers, mais aussi toute cette dynamique de renouvellement d’un genre musical, qui a permis une meilleure visibilité parmi un public plus vaste.Pour tout cela, merci au Comité George Sand.
    Notre soutien, nous pouvons certes l’apporter. Mais nous sommes bien conscients que sans les bénévoles locaux, aucun nouveau projet ne peut voir le jour. Vu notre éloignement, nous n’en serons pas, tout notre espoir réside donc en la capacité de rassemblement d’une nouvelle équipe, pour que “notre” festival renaisse de ses cendres.
    Tous nos vœux accompagnent cette réunion dans deux jours !

  10. J’ai assisté à ces rencontres pendant plus de 20 années. J’y ai rencontré des centaines de musiciens très intéressants, et des luthiers extraordinaires. J’ai fait mon possible pour aider certains musiciens, dont Valentin Clastrier, que j’ai découvert comme tout le monde avec stupéfaction en 1982 à Saint-Chartier.
    Je considère que mon expérience à Saint-Chartier a été déterminante lorsque j’écrivais dans Télérama, et dans ma connaissance des musiques de France, et des instruments employés !
    La disparition des Rencontres des Maîtres Sonneurs serait historiquement un énorme gâchis de connaissances et de potentialités.
    Alain Swietlik

  11. Bonjour.
    J’ai connu la première rencontre en 1976.Je suis une simple danseuse mais que de plaisir lors des concerts sur la grande scène de danse,en se promenant dans le parc le soir,de la musique partout,des retrouvailles chaque année…Ma fille est devenue bénévole,je l’envisageais pour cette année.Je pense que l’on peut sauver le festival en donnant priorité au salon des luthiers et en sollicitant la générosité de nos groupes Folk.(je suis prête à apporter mon panier repas pour réduire les coûts de fonctionnement concernant les bénévoles. Il n’y as pas de petites économies). Ma fille seras à la réunion et j’attends son compte-rendu avec impatience.Toutes mes pensées positives pour la suite.

  12. Christine Méry-Barnabé

    1976 j’y étais !!! Ensuite St Chartier a toujours été un moment particulier dans nos mois de juillet, souvenir d’enfance puis d’adolescence pour mes filles. Souvenir de musiques et de musiciens exceptionnels, souvenirs de danses et de rencontres des discussions des amitiés, de bénévolat. Je suis disponible pour soutenir, aider au maximum.( Mon premier petit fils a fait ses premiers pas à Ars, j’aimerais bien que le second puisse en faire autant.) Pour l’image de notre région, de notre petit coin de Berry, pour tous les luthiers, pour tous les musiciens, pour les groupes qui sont nés de et à Saint Chartier il faut poursuivre, je suis à votre entière disposition et en plus bientôt en retraite.

  13. Ah, non, on ne peut pas arrêter ça! cette vie musicale, cette dynamique, ce plaisir partagé et découvertes de nouveaux sons, ce serait un crève-coeur; tous les ans on prévoyait ce séjour plus ou moins long aux rencontres mi-juillet, et depuis si longtemps et pourtant on venait de loin mais la magie était toujours là; alors, si on peut faire quoi que ce soit pour que ces rencontres perdurent, on est prêts

  14. bonjour,
    es qu’il y a un festival cette année, si oui, pouvez-vous m’envoyer des infos.

    merci

Laisser un commentaire